Minute tricot: (so) happy together!

Bonjour bonjour!

Aujourd’hui, je vais vous parler de ce qui garde bébé au chaud par vents et neiges: des moufles bien chaudes et un col, assortis à son bonnet Beloved Aran.

Cette année, comme l’année dernière, je voulais pour ma chouquette un bonnet, des moufles et un tour de cou assortis. Ayant d’abord commencé par le bonnet, il y a quelques semaines de cela, j’ai choisi les mêmes couleurs et matières pour les autres pièces.

Commençons par les moufles…

Elles sont tricotées à partir du patron « Happy together » de Xiaowei Hu, ( disponible gratuitement et en français sur Ravelry) en taille unique -1 à 3 ans-. Elles sont tricotées en côtés 2/2 puis en point jersey, le tout avec des aiguilles de 3.75mm. Elles se commencent par le bas du poignet pour finir au bout des doigts. Le patron prévoit de petits volants au niveau de la main et un cordon tricoté (un I-cord en somme) pour éviter les pertes.

Ces moufles ont subi quelques modifications de manière à correspondre aux mesures des mains de bébé…et à mon désir de simplicité: je n’ai pas réalisé les volants prévus dans le patron et les côtes sont tricotées avec des aiguilles 3.5 mm. J’ai également retiré trois rangs de la main et un du pouce -car bébé a de petites mains- et ai fini les moufles par un grafting. Aussi, j’ai tricoté un I-cord d’environ 1 mètre ( parce qu’il fallait bien s’arrêter: le tricoter est addictif!)

Le patron est bien expliqué et ne présente aucune difficulté (même pour ce pouce qui me faisait peur). La façon dont les moufles sont conçues fait que les mêmes explications correspondent à la main gauche comme à la main droite (donc impossible de se tromper!).

Les couleurs sont très fidèles.

Les moufles sont tricotées dans un fil 100% mérinos, Woolly de chez DMC (125m pour 50g), couleur n°42 et un fil de mohair et soie Kid-Silk de Drops couleur n°4 (210m pour 25g). Une demi-pelote de mérinos et un quart de mohair étaient suffisants. Les couleurs correspondent exactement à celles du bonnet.

Maintenant, parlons de ce col…

…pour lequel je n’ai suivi aucun patron, tant il est simple à réaliser.

J’ai repris le motif de point de blé du patron du bonnet Beloved de façon à assortir le col et donner une plus grande texture afin de le rendre plus chaud qu’un point jersey.

Explications:

j’ai monté 76 mailles puis tricoté les rangs de la façon suivante:

R1: 1end. 1env. , répétées jusqu’à la fin du rang

R2: pour R1

R3: 1 env 1end. , répétées jusqu’à la fin du rang

R4: comme pour R3

…et j’ai répété ces quatre rangs jusqu’à obtenir les mesures voulues.

Rien de bien compliqué…

J’ai tricoté le col avec des aiguilles de 5mm (autant dire que le projet montait vite) dans les mêmes fils woolly et Kid-silk que pour les moufles, mais cette fois-ci tous les deux en double -j’ai donc tricoté quatre fils en même temps -. Un peu plus d’une pelote de mérinos et une demi de mohair ont été nécessaires.

Et bébé?

Je suis absolument ravie du résultat, qui va comme un gant (hi hi!) à ma chouquette.

J’ai d’autres idées d’assortiment pour cette année…on en reparlera bientôt.

Bon début de semaine sous le soleil,

Sally

Mon tout premier pull tricoté: le pull Puntilla de Joji Locatelli (très modifié)

J’aurais pu titrer cet article « de la cumulation des erreurs de débutante » ou « un projet qui a mal tourné mais bien fini » ou encore « des mésaventures d’une néophyte peu soucieuse des recommandations » … à vous d’en juger.

Tricoté avant mon pull Lady Marieke, à l’occasion du Kal loose organisé par Lise Tailor printemps dernier,il n’est porté que depuis quelques semaines, tant les péripéties ont été nombreuses… je vous raconte tout!

Après avoir commencé le tricot par quelques projets pour bébé, j’ai eu envie d’enfin réaliser quelque chose pour moi. Je m’apprêtais à tricoter un gilet (la laine avait déjà été achetée) quand Lise a présenté le thème de son KAL ( Pour ceux qui ne connaissent pas, un KAL – knit along- consiste à ce qu’un groupe tricote ensemble, dans une période bien délimitée, une pièce qui répondrait à un thème ou un patron qui viendrait de sortir, ceci dans l’objectif de s’entraider et se motiver) dans lequel il s’agissait de tricoter un top avec une aisance positive de 20 cm, je me suis inscrite, étant bien consciente que pour un premier pull adulte, j’aurais sûrement besoin d’aide. En cherchant sur le site Ravelry le modèle qui inaugurerait ma garde-robe tricotée, je suis tombée sur le pull Puntilla de Joji Locatelli.

Un modèle simple et formateur

Puntilla est un pull dit « boxy » car son ampleur rappelle la forme d’une boîte; il se tricote en mailles jersey de haut en bas, d’abord à plat puis, à partir du dessous de l’emmanchure, en rond; les manches se forment à partir de mailles relevées aux emmanchures. L’encolure, les poignets et le bas du pull sont tricotés en côtes 1/1. le patron prévoit une jolie dentelle au bas du pull, dans une couleur contrastante. Les rangs raccourcis se font le long des épaules ce qui, dans mon cas, crée de petits reliefs réguliers.

Le modèle est disponible sur Ravelry en anglais uniquement, mais les explications sont claires et des tutos sur des points techniques sont disponibles sur Youtube (pour ma part, je suis les vidéos réalisées par Mélina Letipanda).

Le choix de la laine (et c’est là que ça se gâte…)

En faisant un tour chez Truffaut, j’étais tombée sur cette laine – que j’utilise beaucoup depuis- la Woolly Chic de DMC, 96% mérino 4%polymétal pour le brillant. Je la trouvais si belle que je ne voulais aucune autre laine pour mon projet. Alors, bille en tête, j’ai pris la quantité dont j’avais besoin: 11 pelotes N° 001 (blanc) et 1 pelote n°045 ( vieux rose).

L’échantillon…

…n’était pas bon: comme je tricote serré, avec des aiguilles de 3.5 mm, j’obtenais un échantillon de 9 cm, alors…j’ai décidé de tricoter la taille au dessus, soit 143 cm de tour de buste plutôt que 127 cm pour une taille 105 (on continue à cumuler les erreurs…) au lieu de changer de taille d’aiguilles et de refaire un échantillon.

Commence la réalisation…

…qui, en elle-même ne pose aucun problème: les explications sont claires , lorsque j’en ai besoin, je jette un coup d’oeil sur les tutos de Mélina. Mon tricot avance bien même si, au moment de relever les mailles d’encolure et d’emmanchures, la créatrice indique le nombre de mailles à relever mais pas le ratio ( 1 maille sur 2? 2 mailles sur 3? 2 mailles sur 4?), ce qui m’a fait recommencer le relevage plusieurs fois avant obtenir une répartition équilibrée. Je ne suis pas tout à fait satisfaite du relevage de l’encolure – ni du rabattage d’ailleurs: avant le blocage, la tête passait difficilement-. J’ai effectué, à ce stade un rabat ordinaire ( donc pas suffisamment élastique).

Au fur et à mesure de la réalisation, j’essaie le pull, et me rends bien compte qu’il y a un hic mais je poursuis, l’objectif (absolument bête après réflexion) étant de le finir avant la fin du KAL.

Vient alors le moment du blocage…

… ou toutes les erreurs se révèlent: le pull étant beaucoup trop long et beaucoup trop large, trop grand, en somme.Il ne rendait pas du tout la même fluidité que sur la photo et me donnait l’impression d’avoir volé les vêtements de mon père. Il était importable. J’avais beau l’essayer avec des pantalons, des robes, des jupes, rien à faire, c’était laid, et je me refusais de ne porter ce pull (sur lequel j’avais passé énormément d’heures) qu’à la maison. La laine, quant à elle, avait tenu toutes ses promesses: elle était belle et très douce.

D’où venait le problème?

Après réflexion, j’ai pu énoncer mes erreurs de débutante:

  • d’abord la laine (ah bon?!): celle préconisée par le patron était de qualité fingering (très fine: 400 mètres pour 100g) alors que la Woolly Chic relève davantage de la DK car de 250mètres pour 100g. Le tombé était forcément différent et le rendu pas aussi joli qu’attendu.
  • ensuite le choix de la taille : au lieu de choisir la taille au-dessus, j’aurais dû simplement refaire un échantillon avec des aiguilles plus larges.
  • le rabattage: bien trop serré, ce qui donnait un effet « boule » plutôt qu’un effet « boîte ».
  • ma morphologie: de forme (très) gynoïde, je ne peux pas porter un pull à la fois large et long,-qui tombe au point le plus fort des hanches- sans que cela donne l’impression d’être mal fagotée.

J’ai donc, dans un premier temps jeté ce pull dans un fond de placard pour l’oublier à tout jamais! mis le projet en sommeil, en attendant de trouver une solution pour le rendre portable.

Les modifications

Les mois sont passés, j’ai appris de nouvelles techniques, vu différents modèles puis suis revenue à ce projet qui était devenu un « boulet ».

J’ai repris les manches et le bas du pull et raccourcissant ceux-ci respectivement de 7 et 10 cm. Les manches étant un peu larges, j’ai réalisé des poignets plus longs pour un rendu plus féminin. J’ai arrêté le bas du pull bien au-dessus des hanches, ce qui met davantage en valeur l’ampleur du pull. J’ai fini le tout par un rabat tubulaire, bien élastique, pour un fini pour esthétique.

Pour finir…

Du fait de l’épaisseur du fil, je porte le pull en hiver plutôt qu’au printemps.

Je suis ravie du résultat final et fière d’avoir persévéré. J’aime beaucoup ce pull à la fois doux et chaud, même s’il ne ressemble plus au modèle original. Pour ce qui est de la laine, celle-ci a bouloché une fois puis, depuis son rasage, n’a plus bougé: j’en suis ravie.

Pour conclure, je dirais que cette mésaventure m’a bien servi de leçon et que, dorénavant,je serai plus vigilante quant aux recommandations et l’échantillon, si je ne veux pas perdre des heures de tricot!


Bon début de semaine!

Sally


Réduire son stock de chutes: le tour et le tapis de parc de bébé

Bonjour!

Comme annoncé hier, je vous parle aujourd’hui d’un projet qui m’a permis de gagner de la place dans mes boîtes à chutes: le tour et fond de parc de bébé.

Afin que bébé ait son propre espace de jeu évolutif, nous avons commandé l’an dernier un parc à hauteur adaptable. Seulement, quand il est arrivé à la maison, le fond était bien trop rigide pour y poser bébé. Empiler des couvertures n’étant solution ni esthétique ni sûre, il est alors paru évident de coudre de quoi rendre ce parc agréable.

Il me restait de la décoration de sa chambre et de mes vêtements de grossesse (non blogués) des chutes assez importantes et jolies, ainsi qu’un peu de ouatine.

J’ai commencé par sélectionner les coupons qui se mariaient bien (tant pour les couleurs que pour les motifs). Je ne sais pas si je peux appeler cela du patchwork, mais cela y ressemble très fortement!

Puis , tenant compte des dimensions du parc, j’ai coupé des pièces de 15cm de côté; tout ce qui n’entrait pas dans ces dimensions allait à la poubelle. J’ai obtenu, pour le tapis et le tour, pas moins de 105 coupons! J’ai également utilisé, pour l’envers du tour de parc, tout le métrage de ce tissu fuchsia à pois blancs. Les seuls éléments achetés sont le fond du tapis rose pâle, un complément de ouatine et du biais pour faire les liens.

Rien de compliqué dans la confection. Pour donner un effet matelassé, j’ai piqué les coins des carrés dans la ouatine.

(Les photos prises septembre dernier)
Que je voudrais avoir à nouveau son âge pour me blottir contre ces coussins tout douillets!

J’ai beaucoup aimé ces séances de sélection et d’assemblage, qui m’ont permis de replonger dans de beaux souvenirs de grossesse, de confectionner des éléments confortables pour bébé, tout en ranimant ces coupons laissés à l’abandon.

Je vous souhaite une belle (et blanche )semaine.

Sally

Réduire son stock de chutes: les sacs à projets tricot


Bonjour!

Pour changer du tricot, aujourd’hui, je vais vous parler couture… de sacs à projet tricot .

Printemps dernier, totalement rendue à la cause de ce tout nouveau loisir créatif, il m’a fallu trouver des solutions de rangement et d’organisation. Concernant la laine, rien de plus simple que des meubles bas pour la stocker mais, pour ce qui est des projets en cours, qui se multipliaient et que je voulais emporter en voiture, en train, au parc, il me fallait trouver un moyen.

Comme il était hors de question d’acheter des pochons à cet effet, j’ai plongé mon nez dans mes chutes (qui sont nombreuses!).

Chute d’une chemise Simon de Make my Lemonade

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais il m’est impossible de jeter un coupon après un grand projet couture, dès lors qu’il est suffisamment grand pour y couper un bandeau pour enfant, et ce surtout si le projet en question comportait une valeur sentimentale.

Chute de la robe Réglisse de grossesse/

De cette recherche sont sorties sept associations de couleurs (je vous en présente six ) dont je suis absolument satisfaite. La grande majorité des tissus sont des wax, associés à des chutes en satin de coton (ou de scuba). La doublure est, quant à elle, en satin de polyester ( dans l’idée qu ‘elle n’abîmerait pas la laine à la friction).

J’ai ensuite cherché sur la toile un patron ou un tuto qui conviendrait à mes désirs, sans succès… la seule solution a donc été de le patronner: c’est donc un sac à fermeture-éclair, peu profond mais large, avec une anse dans laquelle on peut passer le bras. La forme est des plus simples, et sans poches, mais convient parfaitement à la débutante en tricot que je suis.

J’ai réalisé trois formats:

  • un petit pour des projets bonnets, mitaines ou layette
  • un moyen pour des projets de châles
  • un grand pour des projets de pulls ou de gilets adulte

Après 6 mois d’utilisation de mes sacs, je peux dire que je suis ravie: je peux préparer mes projets à l’avance en réservant la laine, les aiguilles la copie du patron et le tout petit matériel, ranger mes encours proprement et les transporter facile grâce à leur anse.

Pour ce sac, j’avais commencé la réalisation d’un tuto mais, me questionnant sur sa pertinence et sa valeur ajoutée, sachant le tas de « pas à pas » publiés sur Youtube, j’ai renoncé au projet.

Chute d’une d’une chemise Simon de Make my Lemonade

Quant à mon stock de tissu…eh bien…il a légèrement réduit: bien que ce soit le projet parfait pour mettre en valeur de jolies chutes, on ne peut pas dire que ce soit un projet très consommateur de tissu.

Chute du teddy Burda

Demain, je vous parlerai d’un projet qui, lui, a efficacement réduit mon stock .

Là-dessus, je vous souhaite un bon début de semaine,

Sally

Le pull Langoz de Julie Chanudet

Encore du tricot?! Eh oui, encore du tricot. Pour bébé qui plus est. Mais ne vous inquiétez pas, des projets en couture sont en cours mais comme j’ai beaucoup tricoté ces derniers temps, quelques articles sont en attente… et puis si ça peut motiver quelques couturières à se mettre au tricot…

Je vous présente aujourd’hui un petit présent de naissance pour petite poupette née il y a quelques semaines. Comme j’avais tricoté des cardigans à rayures pour de précédents cadeaux, j’avais envie de varier les plaisirs. J’ai donc choisi le modèle Langoz, disponible sur Ravelry. Cela faisait quelques temps que je l’avais repéré, pour ma puce, mais c’est finalement pour le bébé d’amie que je destine la première version.

Un modèle simple au joli détail

Le Langoz est un pull avec un empiècement boutonné, en jersey et point mousse à l’encolure, aux poignets et au niveau de la ceinture. Il se tricote de haut en bas, en commençant par la pièce devant puis dos, qui se réalisent à plat, puis que l’on rejoint sous l’emmanchure pour tricoter en rond. Les manches sont elles aussi tricotées en rond et ajustées, grâce à des diminutions. Il est disponible en 3, 6 et 9 mois, mais il est, à mon humble avis, facilement adaptable à de plus grandes tailles. Les aiguilles recommandées sont de 3 mm pour une laine qualité sport ( fine), ce qui doit rendre le tissu plus dense donc plus chaud. Des rayures sont prévues sur ce modèle, pour faire une marinière.

Une laine et des boutons tout doux

J’ai réalisé cette petite pièce dans la laine DMC Woolly Chic ( je ne vous la présente plus!) en coloris 001 ( blanc). 113 grammes de cette laine ont été nécessaires ( soient 2 pelotes et 1/4 d’une troisième). J’ai ajouté ces petits boutons( les roses m’ont été donnés et les blancs sont de la marque Récréatys) absolument mignons!

Une réalisation simple et rapide

Le pull est vraiment facile à réaliser et les explications sont claires. La seule modification effectuée , hormis le fait de choisir de l’uni plutôt que du bicolore, se trouve au niveau des diminutions des manches: comme la créatrice tenait compte de rayures ( que je ne faisais pas), j’ai effectué des diminutions tous les 10 rangs. Aussi, j’ai constaté que, les aiguilles étant plus fines (3 mm je rappelle), j’avais tendance à tricoter très (trop) serré et pensais réaliser un pull plus petit que prévu. Bien heureusement, avec le blocage, la laine s’est détendue ( sans se distendre) et lissée. Aussi, je ne suis pas tout à fait satisfaite des augmentations dans l’encolure en point mousse: leur disposition n’est pas des plus heureuses… je m’appliquerai une prochaine fois.

Un avis?

J’aime beaucoup l’association laine/aiguilles/ modèle: l’ensemble est dense mais bien souple et très doux. Je trouve bien pratique, en plus d’être jolie, cette petite pièce devant, qui permet de faire passer la tête de bébé sans forcer.

Je suis absolument folle de ces petits boutons qui donnent à l’ensemble un aspect à la fois tendre, chic et nautique (le motif des boutons roses le nœud marin avec deux coquillages au centre… j’ai beaucoup d’imagination, je sais!).

Je le referai très probablement pour ma fille de 1 an, en faisant les adaptations nécessaires.

Je vous souhaite une belle semaine.

Sally


Minute tricot: Le cardigan »Beyond puerperium »

Vous l’aurez compris, ce mois de janvier est placé sous le signe du tricot; après tout, rien de plus normal, c’est l’hiver ( bien que les températures soient plutôt douces).

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un petit gilet offert en cadeau de naissance: la version « post puerperium » du Puerperium cardigan de Kelley Van Niekerk (présenté ici), le bien-nommé « Beyond puerperium cardigan » (disponible en anglais sur Ravelry) qui, contrairement à sa version gratuite , propose des tailles allant de la naissance aux deux ans et – je trouve l’idée vraiment excellente – des indications pour le tricoter dans un fil fingering (fin), DK (fin à moyen) ou Worsted (moyen à gros), ce qui rend le modèle portable à n’importe quelle saison. Ce gilet se tricote aussi de haut en bas, et les manches en rond ( j’utilise pour ma part la technique du « magic loop »).

En ce qui concerne ma version, elle est tricotée en taille 3/6mois dans un fil DK, avec des aiguilles de 4 mm. Comme pour le pull Marieke2, j’ai choisi le fil Woolly Chic de DMC (96% laine mérinos superwash, 4% polymétal pour le fil doré), couleurs 001 ( blanc), 045 (vieux rose) et 112 (beige). C’est l’une de mes associations de couleurs préférées. L’alternance des rayures se fait de la façon suivante: 6 rangs pour la couleur principale / 4 rangs pour les couleurs contrastantes. cette laine est toujours aussi douce et chaude.

Oh, ces boutons!

Aucune difficulté à la réalisation. La seule modification effectuée se trouve aux poignets: j’ai préféré le jersey envers au point mousse indiqué, pour un effet plus rond.
Les boutons ont achetés chez Mondial Tissus.

Personnellement, je trouve l’ensemble absolument chou! ( oui, oui, ça va les chevilles!).

Je vous souhaite une belle semaine,

Sally

Minute tricot: pull Marieke 2 d’Along avec Anna

Quoi? Déjà de retour?

Eh bien oui, j’ suis comme ça: je ne viens pas pendant un mois et je publie deux articles en deux jours, imprévisible quoi ( hum…)!

Ces dernières semaines, je n’ai pas chômé: des naissances, des naissances, et pour que chaque cadeau soit le plus personnalisé possible, j’ai pris du temps; du coup, le cadeau de naissance devient un cadeau de Noël, d’Épiphanie, post tout événement qui impliquerait un cadeau… bon, vous l’aurez compris, je suis en retard!

J’ai quand même pris le temps de tricoter pour ma puce un petit pull à sa taille.

Pour ne pas quitter ma zone de confort (non, je ne vois pas de mal à ça!), j’ai repris le patron du pull Marieke d’Along Avec Anna, réalisé une première fois l’an dernier, mais cette fois-ci en taille 1 an.

Je l’ai tricoté dans des laines de chez DMC: Woolly, 100% laine mérinos ( pour le rouge) et Woolly Chic, une gamme récemment sortie, avec 96 % de laine mérinos et 4% de polymétal pour le brillant (pour le blanc et le rose), 125 m pour 50g (entre la qualité sport et DK). J’aime beaucoup ce fil car, hormis le fait qu’il est facile à trouver (en général, je le trouve chez Truffaut) celui-ci est bien rond, ne bouloche quasiment pas, et est proposé dans une belle palette de couleurs.

J’ai tricoté le pull dans des aiguilles circulaires de 3mm pour les côtes, 3,5mm pour le corps et les manches, et 3,75mm pour le jacquard.

Un pull toujours aussi facile à réaliser, je me suis même améliorée au niveau du grafting et des jointures aux aisselles: plus de trou! J’ai fini l’encolure par un rabat tubulaire, plus élastique.La tension de mon jacquard n’est toujours pas comme je le souhaiterais mais je ne me décourage pas.

Un patron de bonnet Marieke est sorti ce mois-ci, dans le cadre, de L’Écheveau Solidaire: durant tout janvier, les fonds seront reversés à l’association. J’envisage de l’acheter pour l’assortir au pull.

Maintenant, place aux photos !

Bonne reprise!

Sally

Le châle de Pompadour de NCL knits

Bonjour bonjour!

Avant toute chose, je vous souhaite une excellente année 2019.

Je pourrais vous souhaiter amour, argent, santé, de bons moments partagés… mais je préfère vous émettre un vœu tout particulier, celui de vous déconnecter le plus souvent possible, de quitter aussi souvent que possible toutes formes d’écrans afin de gagner du temps qui, lui,est la vrai denrée rare… En ce qui me concerne, j’ai pris celle-ci dès le début du mois dernier en quittant Instagram… beaucoup d’autres raisons viennent s’ajouter à la perte de temps, peut-être aurai-je l’occasion d’écrire un article à ce sujet. Pour l’heure, parlons peu, parlons châle!

Un châle au design délicat

Pompadour est un grand châle triangulaire en point mousse avec une dentelle plutôt graphique, qui se termine par un rabat en I.cord. Sorti en janvier 2018, il m’avait tapé dans l’œil mais j’ai attendu la fin de l’été pour craquer.

Étant mon second châle, la forme triangulaire et l’I.cord étaient une première pour moi. Mise en confiance par mon Cosmic Girl et la simplicité du motif en dentelle, mais aussi parce que je voulais faire quelque chose de ma laine achetée chez (Vi)laines, je me suis lancée dans ce projet.

Une laine si douce, si belle…mais un peu fragile.

Pour réaliser mon châle, j’ai utilisé un des deux écheveaux de 100g de laine mérinos de qualité fingering single ( un brin) couleur Guimauve Au Chocolat acheté en promotion chez Vilaines et quatre mini écheveaux de 20g de laine mérinos single qualité Exquise couleur Bronze de chez Patte de Velours. A l’époque, ne faisant aucune différence entre les différentes qualités de laine, j’ai acheté ces écheveaux de chez Vilaines sur un coup de coeur. Puis, arrivés à la maison, je me suis bien rendu compte qu’il y avait une différence avec les autres fils de mon stock . En farfouillant sur différents blogs, j’ai compris la distinction entre des fils type « single » et « retordu », et la fragilité de la single…ce qui m’a fait prendre peur et ranger ces jolis écheveaux dans une jolie caisse où rien ne pourrait leur arriver, pas même d’être tricotés!

Déterminée à en faire quelque chose cet été, j’ai attribué ce fil à Pompadour. Toute la beauté et douceur du duo de laines s’est révélée au tricot: deux fils créant un tissu souple, soyeux et lumineux, un vrai plaisir pour les yeux et les mains (même s’il faut veiller à ce que le léger halo ne se change pas en bouloches).

Malheureusement, la fragilité du fil s’est aussi fait sentir: le fil bronze étant par endroits si fin que je le cassais parfois exprès afin de le nouer et d’éviter à mon ouvrage des trous.

La taille d’aiguille préconisée est 4 mm, mais après quelques rangs, j’ai poursuivi en 3,75mm pour une plus grande densité du tissu.

Un tricot long, long, long…mais facile!

Après un rapide Cosmic Girl, je pensais que le Pompadour irait aussi vite…eh non! Après la longue section de point mousse, la dentelle m’a paru In-ter-mi-nable! Les rangs étaient devenus très longs, et , débutante que j’étais, je voulais me concentrer sur la section de dentelle, pour laquelle j’avais ajouté des anneaux marqueurs à chaque répétition (autant dire que j’ai dû en racheter!). Au tiers de la section de dentelle, j’en ai eu assez et ai mis en sommeil le projet de manière à tricoter un projet de consolation, le Natural Woman , de la même créatrice.

C’est à l’occasion des vacances de la Toussaint que j’ai ressorti le projet, dans l’objectif de le finir une bonne fois pour toutes. De longues semaines avaient passé depuis sa mise au placard en sommeil, je portais donc sur ce projet un regard tout neuf, et c’est là que j’ai eu une révélation: retirer tous ces marqueurs pour un tricot plus intuitif. Ce tricot s’est alors avéré être très relaxant, rapide et facile, et même l’Icord, qui était une première pour moi, a été réalisé en un rien de temps.

Un résultat absolument fabuleux!

C’est simple, je le porte tout le temps: ce châle est duveteux, grâce à la laine single (qui bouloche toutefois un peu), lumineux et chaud; les couleurs sont magnifiques, se marient bien et le résultat final est très féminin et délicat.

En ce qui concerne le patron, je peux dire qu’il m’a disciplinée: j’avais tendance à oublier que le tricot était une activité qui invite à la lenteur, et l’envie de tricoter tous ces beaux projets que je vois sur Ravelry me faisait oublier. J’ai aussi appris à faire davantage confiance à la logique des motifs: il n’est pas toujours nécessaire des baliser tous les gestes avec des anneaux ou des grilles.

Quant à la laine, si je suis absolument ravie de mon châle, je ne sais pas si je suis prête à me lancer sur un projet de pull ou de gilet avec une laine single, qui pourrait se rompre à tout moment.

A refaire?

Oui, comme projet au long cours (peut-être ne le trouverai – je alors plus aussi long que je le croyais!).

Sally